• En Suède celui qui cherchait un nom dans l'annuaire  devait jadis s'armer de patience. A la différence des références Ikea, ce pays scandinave souffre de longue date des travers de l'homonomie. Ce problème de contingence patronymique est pourtant l'objet d'attentions notamment depuis la dernière guerre mondiale. A l'époque il s'agit pout l'Etat d'identifier ses hommes parmi les milliers d'Anderson, de Johannson de Nilson ou de Carlson qui rien qu'à eux trois représentent 14 000 personnes résidant à Stockholm - en 1941. Le remède proposé par , l'administration largement imposé aux jeunes soldats, est un catalogue de 40 000 noms de remplacement à choisir.


    votre commentaire
  • En 1927 sur la commune de Terremonde en Belgique décédait Delphinette Orlay, celle-ci livrait alors à ses ayants-droit la coquette somme de 5 millions de francs - 2.5 millions d'euros. Si cette citoyenne belge a bénéficié d'une jolie cérémonie, des années plus tard, en 1941, pas moins de 4760 héritiers ont été recensé à travers le monde depuis le Canada jusqu'au Japon en passant par la France. Les temps troublés de la guerre, le manque de communication ont empêché au demeurant de régler enfin cette succession dont vous êtes peut être devenu l'un de bénéficiaires.


    votre commentaire
  • Aux Etats-Unis durant la dernière guerre mondiale, les jeunes hommes devaient effectuer un long service militaire avant d’être éventuellement incorporé pour le débarquement en Europe. De fait, les temps de formation restaient indéfinis, les appelés impatients taguaient à la craie sur les bâtiment le blase « Ohio » qui correspond à « Over the Hill In October » ou "VFEO" « Vivement la Fuite En Octobre». Totalement indépendant du patronyme de l'état américain éponyme qui pour sa part renvois à la langue Iroquoise qui désignait sous ce vocable le cour d'eau agréable.


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires